Mentions lĂ©gales | © fareneau


Le village d'Assevillers a toujours été un petit village. Il a compté jusqu'à 700 habitants mais grâce (ou à cause) de sa position stratégique (fleuve, voie romaine...), Assevillers a été marquée régulièrement par l'histoire et possède donc un riche passé. Des légendes, des Seigneurs et des guerres ont construit l'histoire d'Assevillers. Quels sont donc ces évènements qui ont marqué la vie de notre village ? Voici un bref aperçu de l'histoire locale.

MĂ©moire de la somme, archive en ligne

Avant la Grande Guerre

• Les origines d'Assevillers

La commune d'Assevillers est une commune très ancienne et, aussi loin que l'on puisse remonter, Assevillers a toujours été une métairie c'est-à-dire un ensemble de bâtiments destinés au travail de la terre. Cette métairie était la possession d'un Seigneur. Ainsi avant le XVe siècle, le domaine d'Assevillers appartenait à la maison de Caulaincourt. On peut citer au passage Gaucher de Caulaincourt & Jeanne de Behurelle (XIVe s) qui cédèrent à leurs enfants le bien d'Assevillers.
Dictionnaire de la noblesse TOME IV, p39, par François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois

Par la suite, le domaine passa aux mains de l'illustre famille d'Amerval dont l'un des membres (Nicolas d'Amerval) s'unit à Gabrielle d'Estrèes, maîtresse d'Henri IV (Dictionnaire généalogique, héraldique, chronologique et historique ... par François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois).

Au XVIIIe siècle, Assevillers était la possession de Audard de Mailly Couronnel, Seigneur d'Assevillers, grâce au mariage qu'il contracta avec Marie-Louise d'Amerval, dame d'Assevillers. Il semblerait qu'un château ait existé à Assevillers. L'ancienne église d'Assevillers abritait la sépulture d'Alexandre Joseph d'Amerval, Seigneur d'Assevillers, de Béthencourt, Matigny et autres lieux, Chevalier de l'ordre de Saint-Louis, Capitaine au régiment, Mestre de camp, Général des dragons, mort le 19 Octobre 1726 à 42 ans.

Le nom Assevillers viendrait de 'villa' (qui vit dans ce lieu) et de 'Asson' (nom du maître des lieux). La commune possède son blason ('De gueules à trois besants d'argent posés 2 et 1') qu'elle tire de celui de la famille d'Amerval (leur devise était 'Je seray tant que je vivray').

Pour aller plus loin :
armorialdefrance.fr | Blason de la commune | geneawiki
Annuaire Noblesse de France Borel D'Hauterive



• Le polissoir, grès Saint-Martin

Le grès Saint-Martin est un bloc de grès gris de 2m50 de long sur 1m20 de large environ. Ce grès se trouve aujourd'hui à côté de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption à Assevillers mais se trouvait autrefois à 1500m au nord d'Assevillers dans la plaine de la Croix de Saint-Martin. Ce bloc est aujourd'hui classé au monument historique. Sa forme particulière laisse à penser que ce bloc constitue les vestiges d'un ancien polissoir à silex utilisé durant la préhistoire. En effet, il présente sur sa partie supérieure une cuvette recueillant les eaux pluviales permettant le polissage du silex. Au-delà de ces considérations historiques, le grès Saint-Martin possède également sa propre légende. Saint-Martin, de son vrai nom Martin Von Tours, s'enrola à quinze ans dans l'armée romaine et séjourna à Amiens dans les années 330. C'est aux portes d'Amiens que sa légende est née : croisant un pauvre réclamant l'aumône et transi de froid par la rigueur de l'hiver, il prit son manteau, le trancha en deux à l'aide de son épée et en donna la moitié au pauvre déshérité. La légende raconte que la nuit suivante le Christ lui apparut revêtu de cette moitié de manteau. Saint-Martin est connu pour avoir arpenté les campagnes afin d'évangéliser les populations. C'est ainsi que de nombreux arbres, pierres portent le nom de Saint-Martin. Il en est de même pour le grès Saint-Martin d'Assevillers auprès duquel Saint-Martin préchait la parole et dans lequel son âne ou son cheval s'y désaltérait. Encore au XVIIIe siècle, les habitants d'Assevillers emmenaient leur monture souffrante au grès Saint-Martin, leur faisait faire trois fois le tour et boire l'eau des bassins pour les soigner.
Bulletin de la Société préhistorique de France, Volume 15, Numéro 5, p. 280-283

Assevillers et la der des der

La commune d'Assevillers a énormément souffert durant la première guerre mondiale. Dès la fin Août 1914, le village est occupé par les allemands. La population va subir de nombreuses violences (prise d'otages, évacuations forcées, bombardements...). Le village ne sortira pas indemne de la guerre puisqu'il se trouve sur la ligne de front durant tout le conflit. Le village sera en particulier au coeur de la bataille de la Somme qui verra presque 2 millions d'obus envoyés de part et d'autres de la ligne
Toutes les photographies ci-dessous ont été prises à Assevillers durant le conflit.

• La galerie photographique


• Assevillers New British Cemetery


Le cimetière militaire d'Assevillers a été établi à l'issue de la première guerre mondiale. Il regroupe les dépouilles de nombreux soldats tombés sur les champs de batailles de Barleux, Péronne, Bouchavesnes... Il compte 800 soldats de nationalités diverses (Australiens, Anglais...) dont seulement 483 sont identifiés. Parmi ces tombes se trouve celle du sous-lieutenant Cecil Patrick Healy du 19ème bataillon australien d'infanterie tué le 29 Août 1918 à l'âge de 34 ans lors de la bataille du Mont Saint-Quentin. Cecil Healy était également médaillé olympique de natation aux jeux de Stockholm en 1912 (Médaille d'or en relais 4x200m libre et Médaille d'argent aux 100m libre).

Le dossier Cecil Healy La tombe de Cecil Healy

• Healy un hĂ©ros parmi les hĂ©ros...

If you have any information about Cecil Healy, please click here

Cecil Healy a non seulement combattu héroïquement dans les tranchées de la Somme mais il est aussi l'incarnation du fair play comme en atteste l'anecdote survenue aux Jeux Olympiques de Stockholm de Juillet 1912. En effet, lors de la demi-finale du 100m nage libre, le légendaire Hawaien Kahanamoku et deux autres américains arrivent en retard et ne peuvent concourir. Healy, l'un des plus grands nageurs de l'histoire australienne, se qualifie alors pour la finale et devient naturellement le favori de la compétition. Cependant, Healy insiste alors auprès des instances officielles pour donner une chance aux américains de se qualifier pour la finale. Une nouvelle course est organisée au cours de laquelle Kahanamoku et Mc Gillivray obtiennent leur billet pour la finale. Cette finale sera remportée au bout du compte par l'américain Kahanamoku et Healy terminera... deuxième de la finale. Il recevra à l'issue de cette finale mémorable une ovation à la hauteur de son panache. Suite aux JO de 1912, Healy est un compétiteur mondialement connu et respecté. Healy semble être le seul champion olympique australien mort au combat.
Cecil Healy : A Soldier of the Surf | Biographie de C. Healy | Australian War Memorial | Crawl
Archive | PĂ©riscope | Histoire du 19e bataillon d'infanterie AIF

Read Healy File, Rubrique Centenaire > Healy


Assevillers, après la première guerre mondiale

• Reconstruction d'après guerre

De style Art déco, l'église Notre-Dame-de-l'Assomption, reconstruite en 1929 à la suite des destructions liées à la bataille de la Somme de juillet 1916, est l'œuvre de l'architecte Louis Duthoit. Elle constitue, avec la mairie et l'école, un ensemble remarquable, qui a fait l'objet d'une labellisation « Patrimoine du XXe siècle » par le ministère de la Culture et de la Communication en novembre 2005. L'édifice est constitué d'un grand vaisseau précédé d'un clocher porche couronné par une flèche à huit pans. Elle comporte des bas-côtés sur ses flancs, une sacristie, une chapelle et un chœur polygonal. L'église d'Assevillers a été récemment rénovée en 2011 grâce au concours de la fondation du patrimoine.
Fondation du patrimoine